Publié par Laisser un commentaire

La gemmo quoi?

La gemmothérapie

En ce printemps bourgeonnant, j’ai décidé de vous parler un peu de gemmothérapie. C’est une branche de la phytothérapie ou l’utilisation des plantes à visée thérapeutique. De racine latine, « gemmae » veut dire bourgeon (ou pierre précieuse), mais selon les plantes, on parle de bourgeons, jeunes pousses ou radicelles. Pour faire plus simple j’emploierais ici le terme générique « bourgeons ».

Quels bienfaits ?

Dans un bourgeon de plante, sont présentes des cellules embryonnaires qui contiennent les informations génétiques de la totalité de la plante. Ce qui veut dire que tous les tissus en devenir de la plante (branches, feuilles, fleurs, fruits…) sont issues des mêmes gènes. Autrement dit, ces petites cellules sont capables de se transformer selon les besoins. Ce qui laisse à penser que lorsqu’on les consomme, le bourgeon aura aussi la capacité de s’adapter selon nos besoins à nous, humains.

Pour le reste, comme en phytothérapie, chaque plante a ses propres propriétés. En gemmothérapie, on retrouve ces bienfaits avec souvent moins de puissance. Les bourgeons ne sont pas très concentrés en termes de principes actifs mais ils contiennent une telle variété moléculaire qu’ils peuvent agir de multiples façons. Imaginez-vous tout le potentiel concentré dans ce petit bout de plante!

Bourgeon de châtaignier, intéressant pour la circulation veineuse & lymphatique

L’action des bourgeons est lente, alors pour ma part, j’aime utiliser la gemmothérapie en prévention, lorsque l’on souhaite équilibrer un terrain, ou pour les personnes sensibles. Par exemple, le bourgeon de framboisier est utilisé pour équilibrer en douceur le système hormonal chez la femme.

De ce fait, les propriétés thérapeutiques des bourgeons sont utilisés depuis le Moyen-Age car ils conviennent à tous et n’ont aucun effet secondaire.

Composition

Un macérât de bourgeon (le petit flacon qu’on achète ou que l’on fabrique) est composé de 1/3 eau, 1/3 alcool, 1/3 de glycérine végétale (ou miel).

Rien ne vous empêche de les fabriquer vous-même, c’est hyper facile !

La cueillette se fait alors qu’on n’aperçoit pas encore les feuilles sortir du bourgeon. A noter qu’on ne prend pas tous les bourgeons au même endroit, mais un petit peu ici et là sur l’arbre.

  • Mettre les bourgeons dans un petit bocal jusqu’au bord puis recouvrir du mélange (1/3 eau, 1/3 alcool, 1/3 glycérine végétale ou miel).
  • Laisser macérer minimum 3 semaines à l’abri de la lumière et remuer au moins une fois par jour.
  • Filtrer et conserver dans un flacon à l’abri de la lumière.

Il est conseillé de prendre 15 gouttes le matin au moment du petit déjeuner dans un verre d’eau (en cure).

Vous pouvez maintenant faire vos propres préparation de bourgeons, est-ce que ça vous intéresse de connaître les propriétés de certains bourgeons en particulier ? Dites-moi lesquels !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *