Publié par Laisser un commentaire

Recette potimarron-châtaignes-(lardons)

Voici une petite recette que j’adore, qui ravit les grands et les petits !

Potimarron châtaignes lardons

Pour 4 personnes

Ingrédients
  • 1 potimarron
  • 2 barquettes de lardons (fumés ou nature, au choix)
  • Un bocal de châtaigne ou l’équivalent (400g environ)
  • Une boite de champignons
  • Un ou deux oignons selon les goûts
  • De la crème fraîche pour les gourmands
  • 1 cas d’huile d’olive
Préparation

Faire précuire le Potimarron dans de l’eau bouillante une dizaine de minutes dans un grand faitout.

Le sortir de l’eau et le laisser reposer quelques instants pour ne pas vous brûler

Faire revenir dans une grande poêle ou un wok, l’huile d’olive, l’oignon émincé, puis les lardons

Ajouter le potimarron coupé en cubes (1cm environ)

Ajouter les châtaignes précuites (le bocal)

Laisser mijoter à couvert pendant 10-15 minutes en remuant de temps en temps pour une cuisson harmonieuse

Une fois que le potimarron est cuit (qu’on peut glisser son couteau dedans) la préparation est terminée

Si vous souhaitez, vous pouvez ajouter une cuiller à soupe de crème fraîche par assiette pour donner un côté onctueux.

A vos fourchettes, prêts pour la dégustation 🙂

 

Publié par Laisser un commentaire

La châtaigne dans tous ses états

C’est la saison des châtaignes !

Profitez de votre dimanche après-midi pour vous balader et ramasser des châtaignes!  

Pour les ramasser il suffit d’écarter la bogue avec ses chaussures pour ne pas se piquer les mains, et de les ramasser dans un panier ou cabas. Les meilleures sont lourdes à l’écorce brillante. Une fois arrivées à la maison, plusieurs modes de cuisson s’offrent à vous.

Si vous en avez beaucoup, vous pouvez les étaler sur un journal et les conserver dans un endroit frais à l’abri de la lumière pendant quelques mois.

La cuisson

Vous pouvez les faire griller à la poêle (ou à la cheminée si vous êtes équipé) mais il faut que ce soit une poêle à châtaignes, c’est-à-dire qu’elle soit percée. Faire une incision en forme de croix sur la partie bombée de la châtaigne puis mettre dans la poêle. Compter 2-3 minutes à feu vif puis une dizaine de minutes à feu doux.

Elles se cuiront aussi très bien au four. Inciser de la même façon que pour la poêle, en faisant une croix sur la partie bombée avec un couteau pointu. Enfourner pendant une vingtaine de minutes à 200°C. Laisser-les tiédir avant de les décortiquer avec un couteau.

Pour la cuisson à l’eau bouillante, faire l’incision en croix sur la partie bombée. Mettre de l’eau à bouillir dans une casserole, saler. Ajouter les châtaignes à ébullition puis laisser cuire 30 minutes, égoutter et éplucher.

Sinon on peut aussi les trouver en bocal, ou sous vide, de préférence bio quand on n’a pas le temps, ça marche aussi 😉

Les propriétés

La châtaigne est riche en amidon, sucre complexe, ce qui la classe donc au rang de féculent. Mais pourquoi on l’adore ?

Ses sucres vont être très bien digérés après cuisson, et vont diffuser de l’énergie lentement dans le corps. C’est ce qu’on appelle un Index Glycémique bas, le pic d’insuline sera beaucoup moins élevé que pour des pâtes ou du riz blanc par exemple. En plus, elle contient une quantité importante de fibres donc l’effet de satiété durera plus longtemps.

Mais ce n’est pas tout. La châtaigne contient aussi du Fer, du Potassium, du Magnésium, de la vitamine B1 et autres minéraux indispensables au bon fonctionnement de l’organisme.

En plus, le stress, les sucres raffinés, la pollution, et l’avancement dans l’âge sont des éléments qui nous acidifient. Et bien la châtaigne est aussi un aliment alcalin. Donc la châtaigne, on peut y aller, et puis ça change un peu, tout en amenant un petit goût sucré et sans gluten, alors pourquoi s’en priver ?

Vous la cuisiner comment vous, la châtaigne ?

Publié par Laisser un commentaire

Recette Détox

Recette issu de l’émission « Les incroyables pouvoirs du corps humain », pour toute la vidéo, cliquez ici

Ingrédients

Les quantités sont à ajuster en fonction du nombre de personnes à table

  • poireaux
  • poivrons
  • courgettes
  • ail
  • oignons
  • brocoli
  • pois chiches
  • quinoa
  • roquette
  • avocat
  • huile d’olive
  • 1 œuf par personne
  • cumin, coriandre
  • quelques noix (Brésil ou autre)

Réalisation:

Faire revenir des poireaux, poivrons, courgettes, ail, oignons, dans une poêle avec un peu d’huile de coco

Faire cuire 1 minute 30 les brocolis à la vapeur.

Faire cuire des pois chiches

Faire cuire le quinoa 10 min dans de l’eau bouillante

Mélanger le quinoa et tous les légumes.

Disposer un peu de roquette au fond d’un bol

Verser la préparation au quinoa par-dessus -Disposer dessus quelques lamelles d’avocat avec un peu d’huile d’olive -Disposer un œuf mollet coupé en deux -Agrémenter de cumin et de coriandre en poudre et de coriandre fraîche, et de quelques noix du Brésil ou autres noix.

Bon appétit! 🙂

Publié par Laisser un commentaire

Crackers Apéro

Cette recette* est hyper facile à réaliser, je la conseille souvent l’hiver en complément d’une soupe par exemple. Et puis l’été, trempée dans un guacamole ou un houmous maison, c’est très naturo pour l’apéro!

Ingrédients  (pour 30 crackers environ)

  • 100 g de farine d’épeautre
  • 15 g de fécule de maïs
  • 10 g de graines de sésame
  • 5 g de graines de lin
  • 5 g de graines de chia
  • 1/2 cuillère à café de poudre à lever
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive ou de coco

Préparation :

Dans un saladier, mélangez la farine, la fécule, les graines, le sucre, la poudre à lever et une pincée de sel.

Ajouter l’huile et travailler la pâte du bout des doigts, puis ajoutez peu à peu 20 à 35 ml d’eau jusqu’à obtenir une boule de pâte.

Laisser reposer deux heures au réfrigérateur.

Préchauffez le four à 180°. Étalez la pâte le plus finement possible. Découper des losanges ou des carrés de pâtes. Placer sur une plaque couverte de papier cuisson. Enfourner pour 15 à 20 minutes.

Entrouvrir la porte du four et laissez sécher encore une heure le four ouvert.

 

*recette adaptée du livre Des soupes qui nous font du bien de Cléa et Clémence Catz

Publié par Un commentaire

La sève de bouleau, kesako?

Le printemps est maintenant arrivé, il n’y a pas de doute, la nature reprend ses droits 🙂

On trouve de la sève de bouleau en vente partout, mais quels sont ses bienfaits ? Vous vous demandez si c’est vraiment adapté pour vous ?

le bouleau est reconnaissable par son tronc blanc

Lorsque le bouleau sort de l’hiver, il fait monter la sève pour alimenter tout son arbre et faire sortir les bourgeons. Il se redonne de l’énergie pour continuer sa croissance.

Alors pour notre organisme, la sève de bouleau est principalement drainante. Elle va nettoyer l’organisme et plus particulièrement les reins, en intensifiant l’élimination des toxines accumulées (pendant l’hiver). Le principe du nettoyage de printemps est d’alléger pour redonner de la vitalité, pour en savoir plus sur la détox, consulter l’article ici.

Et puisque l’on parle de détox, la sève de bouleau est aussi un puissant diurétique, alors si vous faites une cure, ne vous étonnez pas d’avoir plus souvent envie d’aller aux toilettes !

Mais la particularité de la sève de bouleau, c’est qu’elle a aussi un aspect reminéralisant. On récupère l’énergie de l’arbre, comme elle contient tout ce dont il a besoin pour grandir. Une manière naturelle d’apporter à l’organisme quelques vitamines et minéraux dont on use et abuse au quotidien (sans parler du stress).

Autre avantage non négligeable, son goût est léger. Les plantes que l’on utilise en phytothérapie peuvent avoir une saveur spéciale et forte parfois. Composé à 99% d’eau, la sève de bouleau est plutôt douce et légère. Lorsqu’elle est fraîche, une petite amertume se développe au fil des semaines, c’est normal et ça reste soft.

Comment faire une cure ?

La saison a commencé il y a quelques semaines. Si vous avez un bouleau dans votre jardin qui fait plus de 20cm de diamètre, vous pouvez le percer gentiment et pas trop profond, à un endroit différent tous les ans pour récupérer la sève. Ne pas oublier de le reboucher le trou une fois que vous avez fini (avec de l’argile par exemple). Sinon, vous pouvez aussi demander au magasin bio près de chez vous s’ils ont de la sève de bouleau fraîche (ou directement au producteur).

Vendue généralement sous la forme de cubi ou de poche, elle se conserve au frigo. Vous pouvez aussi la trouver en flacon toute l’année avec des bourgeons de cassis par exemple qui vont y ajouter des propriétés bénéfiques sur les articulations.

Pour la consommer, il est conseillé de prendre un verre le matin à jeun, 15 minutes avant le petit-déjeuner, pendant 3 semaines.

Si vous avez des questions ou des interrogations, il est préférable de consulter un naturopathe ou un professionnel de santé. Cette cure est déconseillée en cas d’hypotension ou d’insuffisance rénale. De même, si des signes de fatigue apparaissent pendant la cure, il est préférable d’arrêter.

NB : La sève de bouleau et le jus de bouleau ne sont pas issus de la même partie de l’arbre. Pour le jus, ce sont les feuilles qui sont utilisées et non la sève.

 

 

Partagez-nous votre expérience! Vous avez déjà fait une cure de sève de bouleau ou vous l’envisagez?

Publié par Laisser un commentaire

Zoom sur le thé

…Celui-là ou celui-là ??    

Qui ne s’est pas déjà retrouvé devant le rayon du supermarché, à hésiter, longuement, se décider et puis finalement arrivé à la maison….bah il n’a pas beaucoup de goût celui-là 🙁

Alors cette semaine, on regarde ça de plus près. Quels sont les différents types de thé et leurs propriétés ?

Je vous sers un thé vert, noir, Oolong, blanc, rouge ?

Dès qu’on s’y intéresse de plus près, on découvre une multitude de thés : noir, vert, Oolong, blanc, rouge…

Au départ, il s’agit d’un arbuste originaire de Chine, le théier. Il en existe environ 500 variétés et chacun a ses propres caractéristiques. Ensuite, c’est le processus de fabrication du thé lui confère sa couleur.

La différence entre les thés vert, Oolong et noir est une histoire d’oxydation, de réaction chimique. Une fois cueillies, les feuilles de thé s’oxydent. Pour les thés verts, il n’y a pas d’oxydation, elles sont séchées après récolte, alors que les thés noirs quant à eux, sont complètement oxydés.

Pour le thé blanc, il s’agit des bourgeons de l’arbuste, et lorsque l’on parle de thé rouge, on fait référence au Rooibos, qui n’est pas un arbre à thé mais une autre plante.

Vous le préférez aromatisé ou parfumé ?

Pour les thés aromatisés, on ajoute à un thé vert, noir ou autre, des substances appelées arômes qui sont répertoriées dans une liste règlementée.

Les « arômes naturels » sont issus de matières premières naturelles (huiles essentielles, extraits, concentrés). Quand il s’agit « d’arômes identiques nature », ce sont des substances qui existent à l’état naturel mais qui – pour des raisons de coût ou de rareté souvent – sont reproduits. Et puis quand c’est écrit « arôme artificiel » comme son nom l’indique, ils sont synthétisés chimiquement.

On retrouve aussi des thés parfumés, car le thé est un excellent capteur d’effluves. Un thé parfumé a été mis au contact ou mélangé directement avec d’autres ingrédients aux propriétés aromatiques. On peut retrouver des fleurs comme la rose, le jasmin ou le lotus mais aussi des morceaux de fruits ou des épices.

Un thé parfumé sera donc plus naturel qu’un thé aromatisé à quelque chose.

Attention lors de sa conservation. Puisqu’il récupère toutes les odeurs, le thé doit se conserver à l’abri de l’air, de la chaleur, de la lumière et de l’humidité, autrement dit, dans un récipient hermétique.

Mais ca dépend ce que vous cherchez !

D’une manière générale le thé hydrate puisqu’il vous amène de l’eau, mais prudence car une trop forte consommation peut fatiguer le corps. Le thé contient de la caféine, puissant tonifiant et stimulant du système nerveux qui a aussi un aspect diurétique important.

Les différentes études sur les propriétés des polyphénols, les tanins, sont connus pour le thé vert uniquement. Ces polyphénols sont des antioxydants. En revanche, ils réduisent fortement l’absorption du fer, alors prudence, surtout pour les femmes réglées.

Veillez à acheter du thé plutôt en vrac, il sera de meilleure qualité. En sachet il subit un broyage qui détruit les propriétés évoquées ci-dessus.

 

Pour choisir un bon thé, il faut connaitre la provenance et avoir accès à la liste des ingrédients. Acheter du thé qui a du goût c’est acheter un thé que l’on peut sentir avant. Fleurit, gourmand ou tropical, ensuite c’est une affaire de goût mais si vous l’avez senti, vous saurez à quoi vous attendre et vous avez peu de chances d’être déçu.

Vous pourrez ensuite le conserver chez vous et profiter de ses arômes et de ses saveurs.

Je crois qu’il est temps de profiter d’une bonne tasse de thé pour le goûter 🙂

J’adore les thés aux agrumes et vous c’est quoi votre thé préféré?

Publié par Laisser un commentaire

Le gluten info ou intox?

L’industrie surfe sur la vague des produits sans gluten. Alors est-ce que c’est vraiment mieux de manger sans gluten ? Je viens par là remettre un peu les choses en ordre.

Certains d’entre nous éprouvent en effet des réactions après avoir mangé des produits à base de gluten : dérangements intestinaux (ballonnement, diarrhée, acidité gastrique, reflux) mais aussi fatigue, irritabilité, migraines et j’en passe.

Je précise que nous ne parlerons pas ici de la maladie cœliaque, pathologie qui provoque des réactions fortes mais plutôt de la sensibilité à l’ingestion de gluten.

C’est quoi le gluten ?

Le gluten est l’assemblage de deux protéines, la prolamine et glutéline. On le retrouve en quantité variable dans le blé, le blé kamut, le seigle, l’épeautre, le riz sauvage et parfois l’avoine.

Alors voilà pourquoi on incrimine le blé

Simplement parce qu’il a été trop transformé. Pas génétiquement modifié mais croisé pour correspondre à des critères de productivité. A noter que lorsque l’on croise des espèces de plantes pour en obtenir une nouvelle, on créée inévitablement de nouvelles substances, l’ADN de la plante change.

Après avoir mangé du gluten, la digestion se met en route. A ce moment-là, l’intestin doit donc décider de ce qu’il fait de ces nouvelles substances qu’il n’a jamais vu auparavant car elles sont toutes nouvelles dans notre alimentation.

Si mon système digestif est au top de sa forme, pas de problème, le transit se passe sans encombre et je n’en ressens pas les effets.

En revanche s’il a été malmené ou a connu des mésaventures par le passé, il se peut qu’une perméabilité intestinale se soit installée : au lieu de faire entonnoir, l’intestin devient passoire. Si tel est le cas, certaines molécules vont passer la barrière intestinale et se retrouver dans le sang.

Le corps va considérer ces substances comme des intrus et déclencher ainsi des réactions en chaine pour se protéger : réaction inflammatoire entre autres et donc ballonnements, gaz etc. De plus, les nutriments ingérés seront mal assimilés.

Cette suite d’évènements peut entrainer un ou plusieurs symptômes : diarrhées chroniques, ballonnements, indigestions, acidité, reflux gastroœsophagien, syndrome du côlon irritable mais aussi fatigue chronique, irritabilité, dépression, anxiété, attaques de panique, douleurs articulaires, maux de tête, aphtes etc.

Ce n’est donc pas un mythe, on peut être plus sensible au gluten selon l’état de notre système digestif.

Chic ! s’est dit l’industrie agro-alimentaire, un nouveau marché ! Fabriquons des produits sans gluten !

Et là je dis : Attention.

Si on parle de galette de sarrasin, sans farine de froment, frais local et bio, pas de problème. Par contre les produits ultra-transformés pour ressembler le plus possible à des produits avec gluten…. C’est souvent moyen. 

Alors comment on s’y retrouve ?

C’est facile ! Regardez la liste des ingrédients, des fois un coup d’œil suffit, si la liste est trop longue 🙁  pas bon signe.

 

 

Si vous avez des questions ou interrogations, contactez-moi au 06 85 51 97 67

Publié par Laisser un commentaire

Le sucre est-il si mauvais? 1.03

En partenariat avec l’Epicerie du Port à Sainte Marine (Combrit, Finistère), on se retrouve le 1er mars autour d’un sujet dont on entend beaucoup et peu à la fois: le sucre! Alors mauvais ou pas mauvais?

Où trouve-t-on le sucre?
En a-t-on vraiment besoin? pourquoi?
Quel est son fonctionnement dans notre corps?

Je répondrai à vos questions autour d’un atelier, le 01 Mars à 14h à l’Epicerie du Port.

Réservation au 06 85 51 97 67 ou par mail à paulinejacq@kharites.fr ou auprès de Mélanie à l’Epicerie!

Publié par Un commentaire

Rouleaux de printemps

Voici une recette alliant originalité et vitamines qui devrait ravir vos papilles! 

Durée de préparation:  25 min (en moyenne je dirais, mais ça dépend de vos outils pour couper les légumes).

Ingrédients nécessaires

– 100g de cacahuètes non salées
– 200g de chou rouge
– 2 carottes
– 1 courgette ou 1 concombre
– 1/2 pamplemousse
– quelques feuilles de salade
– des crevettes (facultatif)
– une bonne poignée de menthe fraîche
– un sachet de vermicelles (haricot mungo ou riz)

– des feuilles de riz

Pour la sauce
– 1/2 citron pour son jus
– huile de colza (ou olive)
– vinaigre de cidre
– 1 cuillère à café de moutarde
– sel/poivre
Étapes:

Réduire les cacahuètes en petit morceaux, soit au mixeur, soit avec ma technique qui consiste à mettre les cacahuètes dans un sac congélation et à les écraser avec un rouleau à pâtisserie . Les mettre dans un petit bol de côté, on ne les ajoutera qu’à la fin.

Couper en petits morceaux le chou rouge, les carottes,  la courgette ou le concombre. Hacher finement la menthe. Couper le demi pamplemousse en petits bouts également. Mettre le tout dans un saladier et mélanger.

Faire cuire les vermicelles comme indiqué sur le paquet, puis les faire refroidir en les rinçant sous l’eau froide.  Vous pouvez les couper, ils seront plus facile à mettre dans les rouleaux. Mélanger les vermicelles avec le reste de la préparation.

Presser le jus du demi citron et l’ajouter dans la préparation.

Pour la sauce, mélanger dans un petit récipient, 4 cuillères à soupe d’huile de colza ou olive, 1 cuillère à soupe de vinaigre et 1 cuillère à café bombée de moutarde. Ajouter cette vinaigrette puis les cacahuètes à la préparation.

Ajouter sel et poivre, selon vos goûts et goûter pour voir si le mélange vous convient.

Il ne reste plus qu’à mettre tout ça dans les rouleaux!

Suivre ce qui est indiqué sur le paquet des feuilles de riz, mais souvent il faut avoir une assiette plate dans laquelle on verse de l’eau bien chaude et un torchon propre posé à côté. Tremper la feuille de riz dans l’eau chaude quelques secondes pour la ramollir puis la poser sur le torchon propre.

Disposer d’abord une feuille de salade (et les crevettes décortiquées si crevettes il y a) au 2/3 extérieur de la feuille de riz (comme sur la photo), puis 2 cuillères à soupe environ du mélange de salade.

Rabattre les 2 bords latéraux. Commencer à rouler en partant du bord le plus proche des ingrédients.

NB: il faut bien serrer, sinon ils vont se défaire 

Une fois roulés, les déposer dans une  assiette, ils sont prêts!

Et puis pour l’accompagnement: de la sauce soja sucré ou salé comme  vous préférez, ça c’est la cerise sur le gâteau.