Publié par Laisser un commentaire

La châtaigne dans tous ses états

C’est la saison des châtaignes !

Profitez de votre dimanche après-midi pour vous balader et ramasser des châtaignes!  

Pour les ramasser il suffit d’écarter la bogue avec ses chaussures pour ne pas se piquer les mains, et de les ramasser dans un panier ou cabas. Les meilleures sont lourdes à l’écorce brillante. Une fois arrivées à la maison, plusieurs modes de cuisson s’offrent à vous.

Si vous en avez beaucoup, vous pouvez les étaler sur un journal et les conserver dans un endroit frais à l’abri de la lumière pendant quelques mois.

La cuisson

Vous pouvez les faire griller à la poêle (ou à la cheminée si vous êtes équipé) mais il faut que ce soit une poêle à châtaignes, c’est-à-dire qu’elle soit percée. Faire une incision en forme de croix sur la partie bombée de la châtaigne puis mettre dans la poêle. Compter 2-3 minutes à feu vif puis une dizaine de minutes à feu doux.

Elles se cuiront aussi très bien au four. Inciser de la même façon que pour la poêle, en faisant une croix sur la partie bombée avec un couteau pointu. Enfourner pendant une vingtaine de minutes à 200°C. Laisser-les tiédir avant de les décortiquer avec un couteau.

Pour la cuisson à l’eau bouillante, faire l’incision en croix sur la partie bombée. Mettre de l’eau à bouillir dans une casserole, saler. Ajouter les châtaignes à ébullition puis laisser cuire 30 minutes, égoutter et éplucher.

Sinon on peut aussi les trouver en bocal, ou sous vide, de préférence bio quand on n’a pas le temps, ça marche aussi 😉

Les propriétés

La châtaigne est riche en amidon, sucre complexe, ce qui la classe donc au rang de féculent. Mais pourquoi on l’adore ?

Ses sucres vont être très bien digérés après cuisson, et vont diffuser de l’énergie lentement dans le corps. C’est ce qu’on appelle un Index Glycémique bas, le pic d’insuline sera beaucoup moins élevé que pour des pâtes ou du riz blanc par exemple. En plus, elle contient une quantité importante de fibres donc l’effet de satiété durera plus longtemps.

Mais ce n’est pas tout. La châtaigne contient aussi du Fer, du Potassium, du Magnésium, de la vitamine B1 et autres minéraux indispensables au bon fonctionnement de l’organisme.

En plus, le stress, les sucres raffinés, la pollution, et l’avancement dans l’âge sont des éléments qui nous acidifient. Et bien la châtaigne est aussi un aliment alcalin. Donc la châtaigne, on peut y aller, et puis ça change un peu, tout en amenant un petit goût sucré et sans gluten, alors pourquoi s’en priver ?

Vous la cuisiner comment vous, la châtaigne ?

Publié par Laisser un commentaire

Recette Détox

Recette issu de l’émission « Les incroyables pouvoirs du corps humain », pour toute la vidéo, cliquez ici

Ingrédients

Les quantités sont à ajuster en fonction du nombre de personnes à table

  • poireaux
  • poivrons
  • courgettes
  • ail
  • oignons
  • brocoli
  • pois chiches
  • quinoa
  • roquette
  • avocat
  • huile d’olive
  • 1 œuf par personne
  • cumin, coriandre
  • quelques noix (Brésil ou autre)

Réalisation:

Faire revenir des poireaux, poivrons, courgettes, ail, oignons, dans une poêle avec un peu d’huile de coco

Faire cuire 1 minute 30 les brocolis à la vapeur.

Faire cuire des pois chiches

Faire cuire le quinoa 10 min dans de l’eau bouillante

Mélanger le quinoa et tous les légumes.

Disposer un peu de roquette au fond d’un bol

Verser la préparation au quinoa par-dessus -Disposer dessus quelques lamelles d’avocat avec un peu d’huile d’olive -Disposer un œuf mollet coupé en deux -Agrémenter de cumin et de coriandre en poudre et de coriandre fraîche, et de quelques noix du Brésil ou autres noix.

Bon appétit! 🙂

Publié par Laisser un commentaire

3 conseils pour préparer sa peau au soleil

L’été est presque là. On a du mal à y croire (en Bretagne du moins) mais quand il va faire chaud, on sera déjà sur un soleil de juin/juillet qui tape. On ne s’est pas exposé progressivement, alors pour éviter les désagréments liés au soleil, il est possible de préparer son organisme. Pour cela, voici 3 conseils à mettre en place rapidement (oui oui, une petite souris m’a dit que le beau temps arrivait !)

1.Boire beaucoup d’eau

Qui dit soleil, dit chaleur, donc potentielle transpiration, donc il faut s’hydrater (encore plus que d’habitude) ; Nous sommes composés principalement d’eau, alors transpirer permet de réguler la température du corps, c’est un phénomène normal et naturel car la peau est un organe éliminateur. Il faut donc réapprovisionner les stocks, et boire avant d’avoir soif surtout ! L’application téléphone Water Reminder par exemple vous le rappelle toutes les 2h qu’il faut boire pour les têtes en l’air 😉

Lorsque nous transpirons, nous perdons de l’eau mais pas que ! On y perd aussi des sels minéraux et donc pour ça il faut …

2.. Manger des fruits et légumes !

Une alimentation riche en antioxydants sera bénéfique pour limiter les radicaux libres provoqués par le soleil. Ils préviennent le vieillissement prématuré, alors on privilégie les aliments riches:

  • En vitamine A (béta-carotène) soit : la patate douce, la carotte, les épinards, le potiron, le pissenlit, les abricots, la tomate, la mangue et les pruneaux
  • En vitamine C : les fruits et légumes frais tels que les oranges, citron, kiwi,…
  • En vitamine E : les huiles végétales, les graines (amandes, noisettes), l’avocat et les sardines

3. Protéger sa peau 

Et même avec une alimentation au top, on se protège, on évite de s’exposer entre 11h et 15h car le soleil est trop fort. On y va aussi progressivement, quelques heures par jour suffisent, (pas obligé de faire la crêpe en plein cagnard pendant 8h sous prétexte qu’on ne sait pas quel temps il fera demain !)

Il faut aussi se protéger les yeux avec des lunettes adaptées et mettre un chapeau pour éviter l’insolation.

A noter, certaines huiles végétales protègent du soleil, comme l’huile de pépin de framboise (30IP) ou l’huile de germe de blé (IP20). Si malgré tout, vous attrapez un coup de soleil, appliquez le mélange suivant sur la peau (et pas d’exposition les jours qui suivent) :

Huile (germe de blé, calophyllum ou amande douce) ou Aloé Vera 10ml

+ HE lavande fine – 1ml (soit 35 gouttes)

Alors ça y est, vous êtes prêts ?

Manque plus que le soleil maintenant …

Publié par Laisser un commentaire

Crackers Apéro

Cette recette* est hyper facile à réaliser, je la conseille souvent l’hiver en complément d’une soupe par exemple. Et puis l’été, trempée dans un guacamole ou un houmous maison, c’est très naturo pour l’apéro!

Ingrédients  (pour 30 crackers environ)

  • 100 g de farine d’épeautre
  • 15 g de fécule de maïs
  • 10 g de graines de sésame
  • 5 g de graines de lin
  • 5 g de graines de chia
  • 1/2 cuillère à café de poudre à lever
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive ou de coco

Préparation :

Dans un saladier, mélangez la farine, la fécule, les graines, le sucre, la poudre à lever et une pincée de sel.

Ajouter l’huile et travailler la pâte du bout des doigts, puis ajoutez peu à peu 20 à 35 ml d’eau jusqu’à obtenir une boule de pâte.

Laisser reposer deux heures au réfrigérateur.

Préchauffez le four à 180°. Étalez la pâte le plus finement possible. Découper des losanges ou des carrés de pâtes. Placer sur une plaque couverte de papier cuisson. Enfourner pour 15 à 20 minutes.

Entrouvrir la porte du four et laissez sécher encore une heure le four ouvert.

 

*recette adaptée du livre Des soupes qui nous font du bien de Cléa et Clémence Catz

Publié par Laisser un commentaire

Découverte des plantes sauvages comestibles

Pendant toute une matinée, de 9h30 à 12h30, nous vous proposons une marche à la découverte de la nature qui nous entoure.

Pauline, naturopathe vous expliquera comment reconnaître les plantes sauvages comestibles, vous donnera des conseils sur leurs utilisations dans la vie de tous les jours et sur les différentes façons de les cuisiner.

Claire, sophrologue vous accompagnera pour nous recentrer sur vous même, être dans l’instant, dans les sensations du corps. S’en suivra une re-découverte des 5 sens au travers de la nature environnante.

L’idée est de prendre un temps pour soi et s’ouvrir, se connecter à notre environnement, être plus présent et avoir un nouveau regard sur les choses qui nous entourent.

Publié par Laisser un commentaire

La gemmo quoi?

La gemmothérapie

En ce printemps bourgeonnant, j’ai décidé de vous parler un peu de gemmothérapie. C’est une branche de la phytothérapie ou l’utilisation des plantes à visée thérapeutique. De racine latine, « gemmae » veut dire bourgeon (ou pierre précieuse), mais selon les plantes, on parle de bourgeons, jeunes pousses ou radicelles. Pour faire plus simple j’emploierais ici le terme générique « bourgeons ».

Quels bienfaits ?

Dans un bourgeon de plante, sont présentes des cellules embryonnaires qui contiennent les informations génétiques de la totalité de la plante. Ce qui veut dire que tous les tissus en devenir de la plante (branches, feuilles, fleurs, fruits…) sont issues des mêmes gènes. Autrement dit, ces petites cellules sont capables de se transformer selon les besoins. Ce qui laisse à penser que lorsqu’on les consomme, le bourgeon aura aussi la capacité de s’adapter selon nos besoins à nous, humains.

Pour le reste, comme en phytothérapie, chaque plante a ses propres propriétés. En gemmothérapie, on retrouve ces bienfaits avec souvent moins de puissance. Les bourgeons ne sont pas très concentrés en termes de principes actifs mais ils contiennent une telle variété moléculaire qu’ils peuvent agir de multiples façons. Imaginez-vous tout le potentiel concentré dans ce petit bout de plante!

Bourgeon de châtaignier, intéressant pour la circulation veineuse & lymphatique

L’action des bourgeons est lente, alors pour ma part, j’aime utiliser la gemmothérapie en prévention, lorsque l’on souhaite équilibrer un terrain, ou pour les personnes sensibles. Par exemple, le bourgeon de framboisier est utilisé pour équilibrer en douceur le système hormonal chez la femme.

De ce fait, les propriétés thérapeutiques des bourgeons sont utilisés depuis le Moyen-Age car ils conviennent à tous et n’ont aucun effet secondaire.

Composition

Un macérât de bourgeon (le petit flacon qu’on achète ou que l’on fabrique) est composé de 1/3 eau, 1/3 alcool, 1/3 de glycérine végétale (ou miel).

Rien ne vous empêche de les fabriquer vous-même, c’est hyper facile !

La cueillette se fait alors qu’on n’aperçoit pas encore les feuilles sortir du bourgeon. A noter qu’on ne prend pas tous les bourgeons au même endroit, mais un petit peu ici et là sur l’arbre.

  • Mettre les bourgeons dans un petit bocal jusqu’au bord puis recouvrir du mélange (1/3 eau, 1/3 alcool, 1/3 glycérine végétale ou miel).
  • Laisser macérer minimum 3 semaines à l’abri de la lumière et remuer au moins une fois par jour.
  • Filtrer et conserver dans un flacon à l’abri de la lumière.

Il est conseillé de prendre 15 gouttes le matin au moment du petit déjeuner dans un verre d’eau (en cure).

Vous pouvez maintenant faire vos propres préparation de bourgeons, est-ce que ça vous intéresse de connaître les propriétés de certains bourgeons en particulier ? Dites-moi lesquels !